Tribune AER Novembre 2019

Les Andrésiens ne doivent pas oublier que le groupe minoritaire de droite a travaillé pendant 13 ans avec la majorité de MM. Ribault et Faist.

Nous avons été le seul groupe d’opposition a déposé une contribution à l’enquête publique du plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi). Et nous avions raison car le commissaire-enquêteur a pris en compte l’une de nos principales remarques, pour le bien-être des Andrésiens !

Dans sa tribune d’Octobre, la minorité de la droite conservatrice emmenée par Mme Muneret nous a traité de « menteurs » car nous affirmions que
1/ Mme Muneret et ses élus d’alors avaient bien voté, en 2012, l’abattage des tilleuls centenaires du marché et que...
2/ Mme Muneret n’avait pas participé à l’enquête publique du PLUi.

Nous n’aurions pas affirmé sans preuve.

Concernant les tilleuls, Mme Muneret, qui fut pendant 13 ans adjointe à l’Urbanisme de MM. Ribault et Faist, en poste en 2012, était au courant de tout et a tout voté. Nous en apportons les preuves sur notre site (« Oui, Mme Muneret, adjointe à l’Urbanisme de M. Ribault, a bien voté l’abattage des tilleuls centenaires d’Andrésy ».)

 

Participer à l’enquête publique du PLUi : du « buzz » ?

Concernant le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi), l’ancienne adjointe admet n’avoir rien déposé auprès du commissaire-enquêteur mais considère que notre contribution officielle de 27 pages ne serait que du « buzz » !

Cette remarque nous étonne : comment une élue peut-elle dénigrer ainsi l’utilité des enquêtes publiques et les contributions inscrites sur le cahier du commissaire par des citoyens ou des élus ? Seuls ces écrits font foi lors d’une enquête publique et, seuls, ils appellent une réponse des autorités.

Notre contribution fut d’ailleurs utile : nous alertions (page 15) sur la surrèglementation empêchant les Andrésiens de diviser leur terrain (bande de constructibilité et « cœurs d’ilots » défendus par Mme Muneret).

Eh bien, dans son rapport final, le commissaire (page 43) reconnaît qu’il existe un « sentiment de spoliation » des habitants et recommande aux élus d’« assouplir » les règles pour rendre possible une urbanisation douce en zone pavillonnaire (en mode drapeau) !

Ajoutons que cela éviterait que des propriétaires ne pouvant diviser s’accordent pour vendre à des promoteurs qui construiraient des immeubles n’importe où.

Chez AER, nous souhaitons porter la voix des Andrésiens dans les enquêtes publiques. C’est en tout cas le sens de tous nos actes depuis notre élection en 2014.

Portfolio