Pollution de la Seine, bétonnisation de la...

Tribune AER Août 2019

Pollution de la Seine, bétonnisation de la zone naturelle de la gare, règlementation d’urbanisme toujours aussi peu éco-compatible... L’actualité de juin/juillet a encore montré que nous avions une municipalité peu sensible aux impératifs de la transition environnementale...

 

L’actualité locale a rarement autant montré l’impact des activités humaines sur notre qualité de vie, tout en confirmant que nous avions une municipalité décidément peu sensible aux problématiques environnementales.

 1) Suite à la pollution de la Seine due à l’incendie du 3 juillet dans l’usine du SIAAP, les villes d’Herblay, Poissy et Conflans alertent leurs populations et rédigent des arrêtés interdisant les activités nautiques durant le week-end. Il faudra attendre le lundi 8 au soir pour que la majorité de MM. Ribault et Faist réagisse et prenne conscience de la gravité de la pollution dont le bilan est de 7,5 tonnes de poissons morts. Aucun élu andrésien n’était présent à la réunion préfectorale du 8 juillet.

 2) La fermeture du pont de Fin d’Oise illustre avec éclat comment la voiture structure notre vie et impacte notre cadre de vie. Pendant que les Maurecourtois subissent le détournement du trafic, les habitants de Fin d’Oise, eux, redécouvrent le calme et les chants d’oiseaux. L’occasion de vous rappeler que le pont reste ouvert aux vélos et piétons et que sa traversée y est très agréable !

 3)  La mairie dispose d’outils réglementaires pour adapter l’urbanisme à notre environnement. Le projet Gare va bétonner tout l’espace naturel présent autour des voies SNCF sans qu’aucune compensation écologique n’ait été prévue pour réduire les futurs îlots de chaleur. Nous le déplorons !

 4) La mairie ne vous a pas proposé l’exposition de l’interco sur le PLUi mise à disposition des villes lors de l’enquête publique. Les règles qui seront votées ne vont pas dans le sens de l’histoire : toujours plus de voitures en ville, freins à la division de terrains ou aux énergies renouvelables (ex : solaire). Vous pourrez lire notre contribution sur notre site.

Bref, Andrésy n’est pas sur le chemin de la ville résiliente, capable d’anticiper les exigences d’un développement soutenable, de gérer rigoureusement les épisodes climatiques extrêmes et les risques accidentels.

Bel été à tous.

Portfolio