Oui : Virginie Muneret a bien voté l’abattage des tilleuls centenaires du centre ancien d’Andrésy

Nous l’affirmions en septembre : la candidate aux prochaines Municipales, Mme Muneret, a voté l’abattage des tilleuls centenaires et n’a pas participé à l’enquête publique du PLUi.

Face à ses dénégations parues dans le journal de la ville d’octobre, nous apportons donc les preuves de nos allégations, en deux épisodes.

  • Premier épisode : L’abattage des tilleuls
  • Deuxième épisode : La participation d’Andrésy Dynamique au PLUi

Abattage des tilleuls du Marché Photo AER // Licence CC-BY-SA

Cet été, les Andrésiens avaient été choqués par l’abattage des tilleuls centenaires de la halle du marché décidé, effectué en catimini, par la majorité de MM. Ribault et Faist.

Outrée de tels agissements, Virginie Muneret, la candidate LR-PCD aux prochaines municipales, s’était fendue d’un message déplorant cet abattage inattendu. 

Dans notre tribune de septembre 2019, notre groupe municipal AER avait donc dû rappeler aux habitants que Virginie Muneret et trois élus de son groupe minoritaire avaient, en mars 2012, voté en Conseil Municipal « pour » le projet de rénovation du boulevard Noël-Marc, donc pour l’abattage des tilleuls centenaires de notre centre ancien. Rappelons qu’à l’époque, Virginie Muneret était maire-adjointe à l’Urbanisme (depuis 2001) et donc forcément en charge de ce dossier et que ses trois élus actuels (MM. Ménin, Perroto et M. Martz) faisaient aussi partie de la majorité LR de MM. Faist et Ribault.

Dans sa tribune d’Andrésy Mag d’octobre 2019, Virginie Muneret et son équipe ont répondu à notre tribune de septembre en affirmant que nous mentions.

S’il y a une chose pourtant que nos collègues et que les Andrésiens savent, c’est que les élus AER n’affirment jamais sans preuve.

Rappel des faits

En 2012, la majorité municipale LR, encore unie, votait un vaste projet de rénovation du centre ancien et de sa voirie principale, allant du boulevard Noël-Marc jusqu’à l’Avenue du Maréchal Foch. Les travaux étaient échelonnés en plusieurs phases et devaient s’achever, côté Fin d’Oise, en 2018.

Ce projet, s’appelait l’« Axe majeur » et fut présenté, défendu et voté par la majorité municipale de l’époque dont faisait partie Mme Muneret (adjointe à l’urbanisme), Mme Perotto, Mme Menin et M. Martz.

Pour sa défense, Virginie Muneret cite le conseil municipal du 29 mars 2012 au cours duquel ce projet de rénovation fut voté et affirme que les abattages des tilleuls du marché n’étaient pas « précisés » – terme savamment choisi par Mme Muneret.

Il n’est effectivement pas écrit en toutes lettres que les arbres seront abattus mais la relecture du PV démontre pourtant bien que le vote concerne aussi les tilleuls du marché, il est en effet bien noté que :

« La présente demande est relative à une première phase de requalification de l’axe majeur qui concerne spécifiquement le boulevard Noël Marc : de la rue du Général Leclerc au carrefour du Moussel. »

Tous les arbres y compris ceux abattus cet été étaient donc bien concernés par ce vote.

A la suite de ce conseil municipal une grande campagne de communication sur l’Axe Majeur était organisée par la majorité municipale, communication au cours de laquelle ont été organisées une exposition au public et la distribution d’un tract :

L’exposition de la première phase du projet n’évoque naturellement pas la suite de celui-ci au niveau des halles du marché (et donc l’abattage des tilleuls à ce niveau-là). C’est à cette branche que tente de se raccrocher Mme Muneret.

A contrario, le tract présentant le projet dans sa globalité annonce bien la couleur : « recréer un paysage arboré sur la totalité du boulevard Noël Marc comme à l’origine » ! (Voir document 2).

Mais les documents internes à la mairie, auxquels seuls les élus municipaux avaient accès en 2012, sont bien plus explicites.

Le pré-programme phasé prévoyait bien l’abattage d’au moins 50 arbres et probablement de tous

Un pré-programme de « requalification de l’Axe majeur » a été présenté le 5 juillet 2011 aux élus municipaux de l’époque soit 9 mois avant le CM évoqué par Mme Muneret. Il était constitué de planches présentant le détail des travaux, séquence par séquence, sur l’ensemble du périmètre d’étude.

On le voit au premier abord sur le schéma, la rangée d’arbres située derrière le marché était prévue à l’abattage puisqu’elle n’apparaît pas sur le plan et l’on comprend qu’elle devait être compensée par une replantation le long de la Seine.

Si l’on observe ce schéma d’encore plus prêt, on constate également qu’une rangée d’arbres est plantée Boulevard Noël-Marc côté maisons et qu’ils sont parfaitement alignés avec les 18 arbres côté marché. Or, comme nous l’avons constaté cet été ce sont 22 arbres qui ont été abattus. Aux vues de la régularité des alignements, les 18 arbres côté marché ne peuvent donc être que des replantations neuves et pas les tilleuls d’origine. Les tilleuls abattus côté marché étaient bien prévus à l’abattage depuis au moins 2011.

Là où les doutes s’effacent complètement et la vérité apparaît

Nous en étions là de nos preuves lorsque nous avons rédigé notre tribune de septembre. Mais depuis, nous avons continué notre travail d’élus et versons au dossier deux autres documents qui effacent tout doute possible.

Il s’agit de deux études commandées par la mairie d’Andrésy à l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique sur la santé des « arbres du boulevard Noël Marc au niveau du marché couvert et des commerçants du centre ville ».

Ces deux études sont sans appel, elles préconisent d’abattre au moins 18 arbres côté marché et d’au moins 20 côté commerces soulignant que malgré leur « apparence de vie normale », leur « résistance mécanique est altérée, ce qui peut entraîner une chute accidentelle ».

 

 

Mais la goutte qui fait déborder le vase au-delà de ce qui écrit c’est que ces deux études sont datées du 8 déc 2006 et du 2 mai 2007, soit 5 ans avant la date évoquée par Mme Muneret !

Comment croire que durant ces 5 années qui séparent 2006 de 2011, madame Muneret qui était au cœur de l’exécutif, en charge de l’urbanisme, n’a pas eu connaissance de ces informations primordiales concernant ce projet majeur pour la ville sauf à remettre en cause le sérieux de son travail d’élue ?

CQFD

Au regard de ces faits concordants, les élus AER ne peuvent que maintenir leurs propos soulignant que Mme Muneret ainsi que 3 des élus actuels de son groupe étaient bien au courant que des tilleuls seraient abattus.

Muneret, Faist et Bakonyi :

3 candidats favorables à l’abattage des tilleuls

Outre la candidate Muneret, le candidat Faist, qui faisait partie de la même majorité, a aussi voté le même projet et donc soutenu l’abattage des tilleuls.

Quant au candidat LR, M. Bakonyi, qui s’est, lui aussi ému de l’abattage cet été, il n’était certes pas élu en 2012 mais il était… directeur de cabinet du maire ! Il a participé à l’élaboration du projet et piloté toute la communication pour valoriser le projet Axe majeur. Difficile de croire que M. Bakonyi ait été contre ce projet phare porté par sa propre majorité municipale !

Le massacre de cet été était inscrit dans l’étude réalisée par l’architecte, il était inscrit, en creux, dans les supports de communication présentés aux habitants, mais surtout il était préconisé noir sur blanc dans les études de l’INRA.

AER a donc été bien inspirée cet été de lancer une pétition préventive contre l’abattage de la rangée d’arbres côté Seine n’étant pas informé des projets réels de la mairie.

Mme Muneret a toujours soutenu ce projet de rénovation du centre-ville et a voté toutes les délibérations en ce sens.

Sentant venir le vent du boulet, la candidate, qui a travaillé pendant 13 ans avec MM. Ribault et Faist, préfère prendre le risque de mentir et de s’émouvoir de la disparition de nos arbres.

Attitude purement électoraliste très éloignée de la valeur que sa liste met actuellement en valeur dans ses tracts : « la sincérité » !


Un second article est en écriture : il répondra au deuxième « mensonge » que nous aurions proféré s’agissant de la participation du groupe de Mme Muneret au dossier du PLUi d’Andrésy Dynamique.

Ce travail de mise au jour de la vérité, qui a pris de nombreuses heures, a été réalisé par les élus et l’équipe AER, seule équipe d’Andrésiens réellement motivée par un réel changement dans le type de gouvernance, désireuse d’une vraie transparence et d’une ouverture aux citoyens.

Voir en ligne

Tribune AER de Septembre