A vot’ bon coeur M’sieurs Dames, pour la voirie d’Andrésy

Exemple de l’état de la voirie à Andrésy

Notre interco va mal. Ses finances sont exsangues : les dotations de l’Etat sont moins élevées que prévu, les charges de personnel sont bien plus élevées que ne l’estimaient les élus à la création de GPS&O en 2016 et pour couronner le tout certaines communes, telle Andrésy, refusent de verser l’intégralité de leur contribution réclamée par la CU.

Parallèlement, cette usine à gaz que constitue notre interco (la plus grande de France avec 73 communes et 410.000 habitants ne permet pas non plus de garantir un bon service public. Les personnels sont éparpillés, les directeurs de service démissionnent les uns après les autres et interco et communes se renvoient la balle pour savoir qui est, en définitive, en charge de telle ou telle mission.

Seule réelle « progression »… le taux de mécontentement des administrés et tout particulièrement envers l’état déplorable des voiries.

Un financement particpatif de la voirie...

Heureusement, nos édiles, ne sont jamais à court d’idées lorsqu’il s’agit de récupérer de l’argent. En fervents modernistes des méthodes de collecte, ils ont ainsi décidé la mise en place d’un financement participatif dans le domaine des voiries...

QUESAKO ?
Le financement participatif fait appel aux citoyens afin de soutenir et financer un ou plusieurs projets. Grâce aux cagnottes créées sur Internet, chacun peut donner le montant qu’il souhaite pour contribuer à la réalisation d’un but commun, dans notre cas ce sont les voiries de l’agglo.

Afin de motiver les populations à la générosité, GPS&O annonce que dans sa grande bonté, elle abondera ces cagnottes d’un montant égal à celui réunit par les habitants eux-mêmes.

Afin de démontrer l’esprit totalement participatif de cette opération, GPS&O précise que lors de leur versement les habitants devront préciser quelle voirie ils souhaitent voir réparées. Denis Faist, adjoint aux Finances d’Andrésy, a de plus précisé que les travaux de voiries seront orientés vers les quartiers où se situeront les plus gros donateurs puisque c’est là qu’Andrésy obtiendra les plus grosses aides de la CU.

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre le vrai risque d’iniquité que cela va entraîner. On peut, en effet, supposer que les quartiers les plus aisés d’Andrésy verseront plus que les quartiers les plus modestes : les premiers verront probablement leurs chaussées rénovées plus rapidement.

... et pourquoi pas de la culture, du sport, etc.

L’exécutif de GPS&O, derrière MM. Tautou et Bédier, n’exclut pas de généraliser ce mode de financement citoyen pour d’autres projets intercommunaux : les villes qui verseraient plus pourrait profiter davantage des subventions de notre interco pour financer des projets communaux autour du sport et de la culture, domaines de compétences de notre interco. Mme Montero, notre adjointe à la culture s’en est d’ailleurs réjouit par avance. Pour MM. Ribault et Faist, « cela évite d’augmenter tous les ans les impôts, tout en améliorant le service public sur notre commune ». Mais pour cela, il va falloir que les Andrésiens soient plus généreux que leurs voisins !

A VOS PORTE-MONNAIES !