Disparition de la « résidence pour étudiants » dans le projet immobilier « Gare d’Andrésy » : une illustration des méthodes de travail divergentes entre la majorité Ribault/Faist et les élus AER

Projet Gare

La municipalité pilote - seule - tous les grands projets immobiliers de la ville qui transformeront notre commune.

Ainsi, concernant le projet Gare, MM. Ribault et Faist viennent d’annoncer deux changements.

  1. Le premier est l’agrandissement de la surface commerciale prévue de 40%.
  2. Le projet Gare comprend 290 logements. La mairie s’est engagée à construire sur ce projet 35% de logements sociaux pour rattraper son retard sur son quota SRU.

En 2016, à la présentation du projet Gare, MM. Ribault et Faist avaient annoncé la création d’une résidence pour étudiants qui rentrerait dans le quota des logements sociaux. Les élus AER avaient été étonnés.

À l’époque, après étude du marché des résidences pour étudiants du territoire, nous avions mis en garde la majorité de MM. Ribault et Faist de la non viabilité de ce projet. Ces derniers avaient refusé de nous écouter.

Aujourd’hui, la majorité municipale annonce l’abandon cette résidence pour étudiants en reprenant nos arguments.

Projet Gare

Lors du Conseil municipal du 13 février 2019, l’équipe majoritaire a présenté un avenant au projet d’urbanisation de la Gare (290 logements).

Parmi les modifications apportées, l’extension de la surface dédiée aux commerces et services de 40% (soit 1500 m²) ainsi que la suppression du projet de la résidence étudiante. Une augmentation qui se justifie, selon le maire d’Andrésy, par un projet de crèche privée plus grand que prévu.

Ces modifications ont appelé plusieurs remarques de notre part, en séance.

Extension des surfaces professionnelles de 40%

Si nous ne sommes bien sûr pas opposés à l’augmentation de la surface dédiée aux commerces et aux services à 1500 m², nous nous interrogeons sur la capacité de la municipalité à approfondir ses dossiers et à se projeter dans l’avenir afin de faire les bons choix.

Ainsi, on constate :

  • l’importance du taux de vacance commerciale dans les villes moyennes, particulièrement dans les centres-villes ;
  • les difficultés des commerces d’Andrésy, notamment dans le centre ancien et les Charvaux, avec la récente fermeture de sa pharmacie ;
  • enfin, pas loin de chez nous, le petit projet immobilier situé près de la gare d’Eragny (avenue Roger Guichard) qui, quatre ans après, a toujours le tiers de sa surface commerciale vide !

L’abandon du projet de la résidence étudiante : comme nous l’avions prévu…

MM. Ribault et Faist ont donc annoncé l’abandon du projet de résidence étudiante qui s’inscrivait dans les 35% de logements sociaux.

Ce projet était apparu lors de la présentation du projet Gare, au conseil municipal du 1er juin 2016. Après analyse du projet, nous avions aussitôt révélé que cette idée avait été proposée par le promoteur Citallios. Un projet certes sympathique, auquel on ne s’opposait pas car il pouvait permettre de diversifier les types de logements sociaux mais qui se révélait ne pas tenir la route au terme de notre étude…

M. Ribault : « Il n’y a aucun problème »

Et pourtant, lors de ce fameux conseil, le maire affirmait : « Les organismes qui s’en occupent ont des grosses demandes là-dessus. Côté CITALLIOS [l’aménageur du projet] et les organismes qu’ils ont approchés, ils pensent qu’il n’y a aucun problème pour ce type de résidence étudiante. » (1)

Une majorité sourde et incapable de coopération

Nous avions alors mis en garde le maire et sa majorité contre leurs trop simplistes arguments vantant cette idée de résidence pour étudiants :

« Quand on analyse l’existant, (…) les résidences étudiantes sont toutes concentrées sur les pôles universitaires. Il y a une résidence étudiante à Mantes la Jolie, il y en a 13 à Cergy et celles de Cergy ne sont pas toutes remplies. De plus, il n’y a que 7,5 % des étudiants qui prennent des résidences étudiantes ».

D’autres arguments avaient été avancés par notre tête de liste AER, Lionel Wastl, à la majorité de MM. Ribault et Faist, lors de ce même conseil municipal :

  • La volonté des étudiants de loger à proximité de leur pôle universitaire
    Le choix d’Andrésy n’était donc pas pertinent puisque trop éloigné des universités.
  • le fait que « les étudiants veulent habiter dans des quartiers animés – ce qui n’est pas le cas du quartier Gare. » (2)

Enfin, aucune étude sérieuse préalable ne venait soutenir cette idée, uniquement basée sur des on-dit et la certitude que leur idée était bonne.

En 2016 aucune de nos remarques n’avait ébranlé la majorité de MM. Ribault et Faist qui, par principe, ne prennent jamais en compte les propositions et les remarques des élus de l’opposition.

Deux ans plus tard, la majorité municipale de MM. Ribault et Faist se rend enfin à l’évidence, le projet n’est pas viable. AER avait donc raison.

Ce qui fait la différence entre AER et la majorité

Voilà donc une belle illustration de ce qui nous différencie de la majorité municipale.

Nous ne nous arrêtons pas à la première idée venue.
Nous étudions nos dossiers en profondeur, sommes capables d’abandonner une idée lorsqu’elle s’avère mauvaise et surtout nous travaillons de façon coopérative.

Suite à cet épisode navrant, nous ne pouvons que nous inquiéter sur le devenir des projets CCI, Gare et Casino quand on sait que la majorité municipale décide seule, avec les aménageurs de l’avenir de notre ville.


(1) PV, CM 01/06/17, page 12.

(2) Op. cit. prec. , page 13