Abattage des tilleuls centenaires : Lionel Wastl échange avec le maire d’Andrésy

Abattage des tilleuls du Marché Photo AER // Licence CC-BY-SA

Lundi 29 juillet, les Andrésiens et les élus municipaux du groupe d’opposition « Andrésy Energies Renouvelées » (AER) ont découvert avec stupeur le panneau indiquant « l’abattage de 21 tilleuls », boulevard Noël-Marc, le long de la halle du marché, qui fait suite à l’abattage de dizaines d’arbres effectué en 2013 pour refaire le centre-ville.

Contrairement aux affirmations du maire et de ses porte-voix sur les réseaux sociaux, jamais les élus municipaux des groupes d’opposition n’ont été informés d’un tel abattage d’arbres centenaires. Seule la réfection de voirie le long du marché avait été évoquée en commission travaux. Il s’agissait de récupérer et élargir le trottoir du boulevard, côté maisons et de repousser le stationnement sur la chaussée. Pour compenser la perte de place sur la voirie, il fallait revoir le stationnement côté marché. La majorité de MM. Ribault et Faist nous avait parlé d’un stationnement à cheval sur le trottoir existant côté marché sans jamais avoir évoqué la problématique des tilleuls.

Lundi 29 juillet

Les quatre élus d’AER ont immédiatement réagi :

  • Les élus et sympathisants AER présents à Andrésy se sont rendus sur le chantier et ont discuté avec des habitants et des commerçants extrêmement choqués ;
  • Nous avons épluché tous les comptes-rendus des conseils municipaux pour être sûr que la mairie n’avait quand même pas évoqué un tel abattage. Nous n’y avons rien trouvé.
  • Le soir même, un article circonstancié était publié sur notre site afin d’informer le plus complètement possible tous les habitants d’Andrésy.

Mardi 30 juillet (jour de l’abattage)

  • Nous avons contacté par téléphone la directrice des affaires techniques de la ville
  • Les élus et sympathisant AER présents à Andrésy se sont à nouveau rendus sur place pour photographier chaque souche des tilleuls abattus et constaté que les troncs n’étaient absolument pas creux, sauf un. En quelques heures, vers midi, tous les arbres étaient abattus.
  • Nous avons rencontré la directrice des affaires techniques de la ville qui nous a donné les informations en sa possession et informé que cet abattage était annoncé dans le journal de la ville... mais qu’il n’était pas encore été paru. Par ailleurs, à cette heure, nous constatons qu’il n’est toujours pas disponible même dans sa version numérique sur le site de la ville
  • Enfin, Lionel Wastl a personnellement téléphoné au maire d’Andrésy, Hugues Ribault, et échangé avec lui sur son lieu de vacances.

Voici les réponses du maire :

Sur l’abattage des tilleuls et l’absence de toute information aux élus et à la population :

Le maire m’a affirmé que ce chantier a été « longuement négocié avec pleins de palabres » avec l’interco, GPS&O, maître d’œuvre.

Le projet consiste à créer un trottoir en continu côté halle avec des stationnements et à élargir le trottoir, côté maisons.

A ma question « pourquoi les élus n’ont-ils pas été informés de cet abattage lors de la commission Travaux du mois de juin », le maire m’a répondu « qu’au tout début, [il] ne savait pas qu’ils allaient être abattus », même s’il « se doutait qu’ils allaient être abattus car le trottoir tapait dedans et que les piétons ne pourraient plus passer ».

Selon les explications du maire, l’interco a rapidement informé la ville qu’il fallait tous les abattre.
C’est alors que le maire aurait demandé une étude phytosanitaire : celle-ci aurait révélé « qu’une partie des arbres étaient malades et que même huit d’entre eux sont morts. »

L’interco aurait refusé de replanter des arbres : le maire m’a affirmé que c’était la ville qui allait payer les nouveaux arbres. L’interco doit donc prévoir des fosses pour accueillir les nouveaux arbres en novembre prochain. Ceux-ci seront « les mêmes ou équivalents à ceux plantés lors de la rénovation de 2013. »

Les 21 tilleuls centenaires abattus seront remplacés par huit arbres.

A noter que dans la conversation, le maire a évoqué d’abord un abattage « partiel » avant de se reprendre pour évoquer un « remplacement de tous les tilleuls ».

En conclusion, si l’on suit l’explication du maire d’Andrésy, l’abattage des tilleuls n’était pas décidé en juin (d’où l’absence d’information aux élus de la ville) et, en un mois, il y aurait eu :

  • la réalisation d’une étude sanitaire.
  • les réglages techniques et réglementaires de l’abattage.
  • L’abattage des 21 tilleuls.

Qui peut croire à un tel resserrement de calendrier quand on connaît les délais pour tous travaux publics, particulièrement avec l’interco GPS&O ?

La majorité municipale de MM. Ribault et Faist a bien joué et beaucoup appris de la première série d’abattage des tilleuls centenaires, au niveau des commerces qui, en 2013, avait créé moult polémiques, jusqu’à des graffitis protecteurs sur les arbres.

MM. Ribault et Faist ne souhaitaient pas revivre les mêmes épisodes : ils ont œuvré en secret (et il a été bien gardé, notamment par les agents de la ville...) sans informer le moins du monde les élus du conseil municipal (parions que les 15 élus « muets » de la majorité n’étaient pas non plus au courant...).

Ensuite, ils ont programmé les travaux fin juillet et affiché l’arrêté la veille des travaux.

On constate que ni le participatif ni la transparence ne caractérisent l’équipe de MM. Ribault et Faist.

Sur la poursuite (phase II) du projet de rénovation du centre-ville appelé « Axe majeur » :

La Ville communique sur ce chantier en affirmant qu’il s’agit de la concrétisation de la phase 2 du projet de rénovation « Axe majeur », du boulevard Noël-Marc jusqu’au rond-point de l’Europe. Cette phase 2 devait être réalisée entre 2013 et 2016.(CM du 29 mars 2012).

Les élus AER savent que ce projet était reporté sine die, notamment parce qu’Andrésy a « consommé » l’intégralité du budget de l’ensemble du projet dans la seule phase I. Seuls des investissements de voirie ponctuels et de sécurité allaient être réalisés sur Andrésy.

Dans ce contexte, cette affirmation a beaucoup surpris les élus AER car, d’une part, la mairie n’a jamais évoqué le fait que le projet, décidé et voté par notre ancienne interco en 2012, allait enfin renaître de ses cendres et par ailleurs parce que les travaux prévus sont bien moins importants que ceux prévus par le projet initial.

Premièrement, la phase II de la rénovation devait aller jusqu’au carrefour du Moussel et donc rénover l’ensemble de la voirie et des berges. Le maire l’a concédé : « Oui, le chantier n’ira que jusqu’à l’église ; c’est un peu la première partie de la phase II... ».

Le maire m’a donc présenté la suite du chantier qui aura lieu pendant les vacances de la Toussaint – encore des informations non données aux élus. L’interco va également rénover le parking situé au bout du marché et poursuivre la voie douce au bord de Seine (piétons, vélos). Je n’ai pu savoir si la contre-allée serait encore ouverte aux voitures.

Deuxièmement, la phase II prévoyait une refonte totale de la voirie et des circulations douces, ainsi que la restructuration des espaces verts autour de l’église.

En fait, il s’agira seulement de refaire le « tapis du boulevard » jusqu’à l’église. D’ailleurs, l’interco refuse de financer un plateau ralentisseur au croisement de la rue de l’Eglise. C’est donc la mairie (et les contribuables andrésiens) qui le financeront.

Enfin, la phase 2 prévoyait la réfection de la contre-allée entre les halles et la Seine : elle ne fait pas partie du projet, preuve supplémentaire que nous sommes loin du projet « Axe majeur », phase 2.

En conclusion, alors qu’il n’y a eu aucun investissement de voirie pendant deux années sur la ville, l’interco GPS&O a décidé de financer uniquement des réfections lorsqu’il y avait un problème de sécurité des piétons. Ce qui est le cas au niveau de la halle du marché, avec une voirie dégradée.

L’interco prévoit donc un élargissement de trottoirs et un tapis routier neuf.

Nous sommes très loin du projet initial de rénovation urbains dit « Axe majeur ».

La majorité de MM. Ribault et Faist prend prétexte de ce chantier pour affirmer qu’une de leur promesse de campagne va être réalisée... et ce, à quelques mois des élections municipales (mars 2020).

Une belle pratique cynique et méprisante à l’égard des citoyens de la part de l’équipe de MM. Ribault et Faist qui était l’une des raisons ayant motivé la création de la liste AER il y 5 ans et contre laquelle nous continuons de nous battre aujourd’hui.